Coupe du monde 2010 – Eto’o parmi les pro-Le Guen

Samuel Eto’o apporte un soutien à Paul Le Guen, son ex-sélectionneur, ce jeudi dans Le Parisien. “Je ne suis pas contre le fait qu’il continue”, lance le Camerounais, qui espère pourtant du changement et revient sur le fiasco des Lions Indomptables au Mondial.

Samuel Eto’o ne veut pas en rester là. Lors d’un entretien accordé au Parisien, l’attaquant de l’Inter ne cache pas son souhait de voir les choses évoluer au Cameroun après la désillusion sud-africaine. Et il compare la situation camerounaise à celle des Bleus : “Arsène Wenger a déclaré au sujet de l’équipe de France qu’il ne fallait pas passer l’éponge. Chez nous, c’est pareil”. Les Lions étaient divisés en Afrique du Sud et cela s’est vu. “Je ne citerai personne, mais les joueurs ont le pouvoir et le devoir de changer les choses.” Changer les choses ? Paul Le Guen, le sélectionneur des Lions Indomptables en Afrique du Sud, est-il visé par sa star ? “Je n’ai rien à lui reprocher et je le lui ai dit“, prévient l’Intériste. Eto’o apporte même un soutien à l’ancien entraîneur de Lyon. “Je ne suis pas contre le fait qu’il continue. Que les gens l’aiment ou pas, il a pris ses responsabilités”.

Un appui de poids pour Le Guen. Son engagement contractuel a pris fin, mais une reconduction est envisagée au Cameroun. “J’ai essayé de l’aider sans rien lui imposer”, glisse même l’ancien Barcelonais. Pour beaucoup, Eto’o n’a pourtant pas facilité le travail du Breton en Afsud. Son intervention à la télévision après le premier match où il réclamait un changement tactique a mis le Français sous pression. Il s’en défend: “Jamais (ndlr : je lui ai demandé de jouer dans l’axe). A l’Inter, j’ai quasiment joué toute la saison sur le côté droit et avant la Coupe du monde, j’ai eu une discussion avec le coach sur mon positionnement. Il m’a dit :Samuel, on a un coup à jouer si tu joues à droite. Je lui ai répondu : Si le Cameroun doit gagner et que Samuel Eto’o doit passer au second plan, c’est ce coup là que je veux jouer.”

Quoi qu’il en soit, la tactique n’a pas marché. La claque a même fait mal. La joue est encore rouge. Le Cameroun est sorti par la petite porte de la Coupe du monde. Trois défaites au compteur (1-0 face au Japon, 1-2 contre le Danemark et les Pays-Bas). Une vraie désillusion. Alors évidemment, Samuel Eto’o a encore ce parcours en eau de boudin en travers de la gorge. Et il ne cache pas sa déception : “Certains ont tiré sur moi, j’ai assumé. Car, en tant que capitaine, je suis le dernier à descendre du bateau”, lâche-t-il avant d’ajouter : “J’espère que Dieu me permettra de m’en relever“, glisse-t-il avant d’ajouter avec des regrets : “On aurait pu faire de belles choses“.

G.C. / Eurosport 

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.