Coupe du monde 2010 – L’Argentine presse Maradona de rester

La fédération argentine demande à Diego Maradona un bilan de la Coupe du monde 2010 et… un projet pour aller jusqu’en 2014. L’idole est retenue, douze jours après ses petites phrases qui annonçaient son retrait. “Mon cycle est terminé” disait-il. Il pourrait se rouvrir…

C’était deux jours après l’humiliation reçue contre l’Allemagne en Coupe du monde (0-4). Les agences de presse hispanophones avaient inondé la planète de dépêches reprenant quelques mots forts prononcés par Diego Maradona à son retour. Mots qui sont généralement ceux des démissionnaires : “J’ai donné tout ce que j’avais”, “Mon cycle est terminé” ou encore : “J’ai envie de profiter de ma famille“. Quelques jours plus tard, on apprenait que l’Argentin n’avait même pas de contrat jusqu’à la Copa America 2011 au pays, comme cela avait été annoncé. Même pas besoin de démissionner. Même pas besoin de le sanctionner, si l’AFA en avait envie… Mais en a-t-elle envie ? Non visiblement.

Depuis ce 5 juillet, Maradona se tait. Les autres s’occupent de rompre le silence à sa place. Ils disent tous à peu près la même chose : “reste, Diego“. Au moins jusqu’à… la Coupe du monde 2014. Avec son bilan en Afrique du Sud, n’importe quel Bilardo ou Basile venu aurait dû aller vivre caché en Asie pour échapper à la vindicte populaire. Si les médias argentins restent très sceptiques à l’idée que Maradona puisse devenir un grand sélectionneur, les supporters de l’Albiceleste passent tout à leur idole. Au retour d’Afrique, ils étaient 10.000 à l’acclamer à l’aéroport et à lui demander de rester. Le même jour, l’AFA faisait savoir qu’elle attendait de lui qu’il soit sur le banc pour Irlande – Argentine le 11 août. “Mon cycle est terminé“… Cette phrase claquait dans ce concert d’espoirs.

Messi veut qu’il reste

Depuis trois jours, la pression s’est considérablement intensifiée autour du champion du monde 1986. Les dirigeants du football argentin sont sensibles à la popularité de leur “sélectionneur rock star”. Les relations orageuses entre le tout-puissant président de la fédération Julio Grondona et El Diez sont de notoriété publique. Mais Maradona fait énormément pour l’image de la sélection et son tiroir-caisse. L’albiceleste est l’une des équipes les plus “bankables” de la planète depuis novembre 2008. L’AFA voulait attendre que Maradona se décider avant de confirmer l’info, mais finalement non, elle a vendu la mèche jeudi : l’Argentine affrontera l’Espagne en match amical, le 7 septembre, probablement à New York.

La Copa America dans notre pays dans un an est un événement important et une belle occasion de revanche“, a dit, l’air de rien, Ernesto Cherquis Bialo, un porte-parole de la fédération. “Le président va lui demander de faire un rapport, un bilan de ce qu’il a réalisé, et un projet qui entraînerait une prolongation de contrat pour les quatre prochaines années.” Maradona devra rendre ce rapport d’ici mercredi au plus tard. Mercredi, Lionel Messi, interrogé sur le sujet, a lui aussi oscillé entre le détachement et l’amicale pression. “Maradona doit-il rester? C’est une question à laquelle seul l’entraîneur lui-même peut répondre. Mais à mon avis, oui.” Depuis l’échec sud-africain, les proches de Diego s’inquiètent plus ou moins ouvertement de ce que sera la vie de la star, 50 ans, avec un tel vide dans son existence. A d’autres moments, ils ont vu ce que cela avait donné… Maradona peut-il décider autre chose que ravaler son blues initial et prolonger dans un contexte si unanime? Difficile. Mais impossible à pronostiquer. Malgré les virages plus ou moins maîtrisés qu’a connu sa biographie, Maradona est l’un des êtres les moins influençables du monde. Toujours imprévisible.

Eurosport 

Share

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.