Foot – Infrastructures: Le Parc Capois-La-Mort, oublié par l’Etat Haïtien

Par Keke Vieri

Le Parc Capois-La-Mort, qui est un patrimoine à Port-de-Paix ne se porte pas bien, depuis plus de 30 ans les footballeurs dans cette zone n’ont jamais eu l’opportunité de bénéficier une grâce de l’Etat Haïtien pour pouvoir évoluer dans un espace confortable.

La ville de la Cité Valparaiso  qui a donné plusieurs footballeurs au pays tels que: Gabbart Fénelon, Jean-Philippe Peguero à travers la sélection nationale, n’ayant même pas un bon terrain de football, pourtant les autorités (Présidents, Sénateurs, Députés, Magistrats) ont toujours fait du Parc Capois, le théâtre des activités socioculturelles tous les ans, soit chaque 8 décembre qui est la fête patronale de Port-de-Paix, ils ont généralement fait des promesses mais quelques choses les empêchent de passer à l’action.

Un plan spécial de Martelly – Lamothe !

En 2014 sous l’administration de Martelly – Lamothe, il y avait un plan spécial pour la réhabilitation de ce terrain mais personne ne connait jusqu’à date, ni le jour, ni l’heure du démarrage des travaux voire le finissement du projet, s’il y en avait vraiment.

Un Parc Capois-La-Mort en terre battue ou en roche

Le chef-lieu du département du Nord-Ouest qui ne compte que d’une équipe de deuxième division et des clubs de D3, n’ont pas même un bon terrain public pour recevoir leur match. De ce fait, quand les  fans débarquent pour aller assister à une rencontre de foot, ils restent sans voix. Et pour cause, la surface de jeu du Parc Capois ne ressemble pas à un terrain de jeu, en pire. Où est donc la pelouse ? Il n’y en a pas, Où sont donc les bancs de touche? Il n’y en a pas non plus. Les remplaçants s’asseyent par terre, comme à l’ancienne. Et tout cela, évidemment, sous un cagnard terrible. Des conditions de jeu désagréables.

Ce terrain en terre battue ou en roche du parc Capois-La-Mort reste à désirer. Ce qui a d’ailleurs favorisé beaucoup de déchets techniques durant une rencontre de football. De part et d’autres, les joueurs tombaient comme s’ils n’avaient pas de jambes, c’est un problème d’infrastructure qui ne fait autre que ternir l’image du football dans cette ville.

Le gouvernement Haïtien doit réagir pour  sauver  la situation des footballeurs dans la Cité Capois.

À lire aussi:

Share

Comments

comments