Interview : Donald Guerrier : « J’en rêvais tellement »

En été 2013, Donald Guerrier, après avoir marqué un bijou face à l’Espagne en amical, a quitté Haïti et le championnat national pour aller évoluer sur le continent européen avec un contrat signé en Pologne au sein de Wisla Cracovie, depuis lors le natif de Port-A-Piment ne cesse de s’améliorer. 4 ans après, il est devenu le premier joueur issu du championnat national à se qualifier pour une phase de poules de la Ligue des champions de l’UEFA suite au formidable exploit réalisé par l’équipe Azerbaïdjanaise, le FK Qarabag dont l’international de 42 sélections (10 buts) a grandement contribué. Évidemment ému, il parle rien que ça dans cet entretien exclusif accordé à Haïti-Tempo.

 

HT : Être qualifié pour la phase finale de la Ligue des champions de l’UEFA cela signifie quoi pour vous ?

DG77 : Je n’ai pas vraiment de mots pour expliquer ma joie. Tout joueur qui se respecte rêve de jouer en Ligue des champions ou en coupe du monde un jour, et c’était pareil pour moi. À présent, une partie de mon rêve se réalise grâce à ces 3 clefs : détermination, discipline, amour… et je pense que d’autres jeunes en Haïti peuvent le faire aussi, il faut juste faire preuve de discipline, même si beaucoup de gens pensent que je suis très désordonné et indiscipliné ; mais, si ce qu’ils prétendent était vrai,  je ne serai pas là ou j’en suis aujourd’hui.  Mon nom sera inscrit dans l’histoire comme le premier haïtien qui a réussi à propulser un club Azerbaïdjanais en une champions League et cela signifie beaucoup pour moi.

HT: Qu’aviez-vous ressenti après cette qualification?

DG77 : Je ne trouve pas vraiment les mots pour décrire ce que je ressentais après cette qualification en dépit de ma blessure contractée à la 10e minute qui était un coup dur pour moi, j’aurais aimé continuer à jouer, mais ce n’était pas possible. Je n’ai pu retenir mes larmes à la sortie du terrain mais le plus important le club s’en est sorti et je suis content.

HT : La Ligue des champions, aviez-vous imaginé un tel scénario dans votre carrière ?

DG77 : J’en rêvais tellement, j’ai toujours pensé que je réussirais, comme je le disais souvent à ma femme. Au Stade même après le match on était au téléphone et elle était en pleurs parce que deux ans de cela, je l’avais dit, si j’arrive à se qualifier pour la Ligue des champions un jour, je me ferai tatouer le trophée pour immortaliser ce formidable exploit.

HT : Quel est votre avis sur le tirage, êtes-vous satisfait du sort réservé à votre équipe?

DG77 : Mon opinion (rires)… je voulais tomber sur le Real Madrid juste pour affronter Cristiano Ronaldo qui est mon joueur préféré mais le sort a décidé autrement, toutefois c’est encore possible pour jouer contre le Real ou même le Barca, qui sait. Nous sommes dans un groupe très, très difficile mais avec le travail nous pouvons réaliser quelque chose d’inédit, ils (Chelsea, Atletico Madrid, AS Roma, NDLR) ont des joueurs de qualité, nous en avons aussi, ces clubs jouent dans le haut niveau, nous aussi, ils ont juste des joueurs plus d’expérimentés que nous.

HT : Maintenant, pour cette Ligue des champions, que peuvent espérer les fans haïtiens de Donald Guerrier ?

DG77 : Bon, je ne peux faire aucune promesse, mais la seule chose, je vais travailler dur pour réaliser une belle performance,  marquer des buts et pourquoi pas une qualification pour le second tour.

HT : 17 ou 77, quel dossard porterez-vous exactement cette saison?

DG77 : Je porterai bien le 77 en championnat mais je veux garder le 17 pour la Ligue des champions.

HT : Quel est votre objectif avec la ligne de vêtements “DG77” ?

DG77 : Faire de DG77 une marque très en vue à l’échelle internationale. Et bientôt, un nouveau produit la ‘’77speed’’ qui œuvrera dans le domaine de l’internet à haut débit, sera sur le marché pour offrir de services Internet sur l’étendue du territoire nationale.

HT : À propos de votre shop qui se trouve en Turquie, est-il encore fonctionnel ?

DG77 : Bien sûr.

HT : Environs 7 semaines à Azerbaïdjan, comment se passe l’adaptation jusqu’à maintenant ?

DG77 : Je m’adapte très bien (se Ayisyen mwen ye wi, ou pa tande mwen di w depi w se Ayisyen ou se yon Ewo).

Tous les haïtiens sont des héros, parce que malgré les calamités, les misères, les souffrances extrêmes qui minent ces gens, ils restent débout pour continuer à lutter, à vivre….

(Propos recueillis par Benson Petit-Clair pour haititempo.com)

 

À lire aussi:

Share

Comments

comments